Land Transport Infrastructures, Ecosystems and Landscapes

Approches à dires d'experts

  • [2017] MERCIe, an operational method to avoid, reduce, compensate for ecological impacts

    MERCIe, an operational method to avoid, reduce, compensate for ecological impacts
    En cours
    Sylvain
    Pioch
    / Organisation: ECO-MED, CEFE - Université de Montpellier 3 Paul Valéry
    sylvain.pioch@univ-montp3.fr
    In 2016, the law of reconquest of biodiversity strengthened the requirements for the implementation of the sequence Avoid-Reduce-Compensate (ERC) by developers. Nonetheless, a Senate report issued in May 2017 again pointed to the shortcomings of the application of the regulatory texts prior to this law. The difficulties inherent in putting the ERC sequence into practice are known. One of them is the lack of shared methods for assessing ecological equivalence or sizing the compensation. This lack is to be linked in particular to the scientific complexity of the subject, as shown by the numerous scientific publications dealing with the subject, as well as its territorial dimension. The proposal of evaluation methods is therefore an important issue for both territorial actors, ERC practitioners and researchers.

    How to propose a method that becomes a real tool for practitioners, that is to say an object that really helps them to accomplish their task, while taking up the available scientific knowledge? We hypothesize that what we call the "user dimension" of these methods is just as important as the scientific dimension that often occupies the foreground. We call "users", ERC practitioners: developers, consultants, government departments, etc.

    We will try to answer the following questions:

        How is the user dimension taken into account in the tools available to ERC practitioners for assessing ecological equivalence?
        How to describe the link between ERC practitioners and experts / researchers entrusted with the design of evaluation tools?

    To do this, we will organize the work around 3 axes. i) The first axis uses social science tools with a double survey of experts and practitioners. This will involve identifying interface devices between experts and practitioners, collaborative experiences around tool design, and so on. ii) Our second line of work will focus on the documents produced by researchers on the one hand, and practitioners on the other hand. Through a review of the international academic literature on ecological equivalence, we will identify the recommendations that experts make for practice. We will carry out an analysis of a sample of impact studies to identify whether the experts 'recommendations are present in the developers' files, and if so, which ones and how. iii) Finally, our third area of ​​work will focus on the MERCIe method (Compensation Sizing Method). We will test a so-called end-user approach through testing of real-life projects and workshops with operational partners.

    Based on this work, we hope to i) propose an evolution of the MERCIe method in line with the needs of the actors in the field and targeting the three components of the ERC sequence, and ii) propose a reproducible approach to the design of methods and tools , more towards the end user, whether in terms of construction process, or in terms of tool shape.
  • [2017] MERCIe, une méthode opérationnelle pour éviter, réduire, compenser les impacts écologiques.

    MERCIe, une méthode opérationnelle pour éviter, réduire, compenser les impacts écologiques ?
    En cours
    Sylvain
    Pioch
    / Organisation: ECO-MED, CEFE - Université de Montpellier 3 Paul Valéry
    sylvain.pioch@univ-montp3.fr
    En 2016, la loi de reconquête de la biodiversité a renforcé les exigences relatives à la mise en œuvre de la séquence Eviter-Réduire-Compenser (ERC) par les aménageurs. Néanmoins, un rapport du Sénat paru en mai 2017 pointait de nouveau les insuffisances de l’application des textes réglementaires antérieurs à cette loi. Les difficultés inhérentes à la mise en pratique de la séquence ERC sont connues. L’une d’entre elles tient au manque de méthodes partagées pour évaluer l’équivalence écologique ou encore dimensionner la compensation. Ce manque est à relier en particulier, à la complexité scientifique du sujet, comme le montrent les nombreuses publications scientifiques traitant de la question, ainsi qu’à sa dimension territoriale. La proposition de méthodes d’évaluation représente donc un enjeu important à la fois pour les acteurs des territoires, praticiens d’ERC et pour les chercheurs.

    Comment proposer une méthode qui devienne un véritable outil pour les praticiens, c’est-à-dire un objet qui les aide véritablement à accomplir leur tâche, tout en reprenant les connaissances scientifiques disponibles ? Nous formulons l’hypothèse que ce que nous nommons la « dimension utilisateur » de ces méthodes est tout aussi importante que la dimension scientifique qui occupe souvent le premier plan. Nous appelons « utilisateurs », les praticiens d’ERC : aménageurs, bureaux d’études, services de l’Etat, etc.

    Nous tacherons de répondre aux questions suivantes :
    1. Comment est prise en compte la dimension utilisateur dans les outils dont disposent les praticiens d’ERC pour évaluer l’équivalence écologique ?
    2. Comment qualifier le lien entre praticiens de l’ERC et experts/chercheurs auxquels est confié la conception des outils d’évaluation ?
    Pour ce faire, nous allons organiser le travail autour de 3 axes. i) Le premier axe reprend les outils des sciences sociales avec la réalisation d’une double enquête auprès des experts et des praticiens. Il s’agira d’identifier les dispositifs d’interface entre experts et praticiens, les expériences de collaboration autour de la conception d’outils, etc. ii) Notre deuxième axe de travail se focalisera sur les documents produits par les chercheurs d’une part, et les praticiens d’autre part. Au travers d’une revue de la littérature académique internationale sur l’équivalence écologique, nous identifierons les préconisations que font les experts à destination de la pratique. Nous procéderons à une analyse d’un échantillon d’études d’impact afin d’identifier si les préconisations des experts sont présentes dans les dossiers des aménageurs, et si oui, lesquelles et comment. iii) Enfin, notre troisième axe de travail sera centré sur la méthode MERCIe (Méthode de dimensionnement de la compensation). Nous testerons une démarche dite orientée vers l’utilisateur final au travers de tests sur des projets d’aménagement réels, et d’ateliers menés avec les partenaires opérationnels.




    Sur la base de ces travaux, nous espérons i) proposer une évolution de la méthode MERCIe en phase avec les besoins des acteurs de terrain et ciblant les trois volets de la séquence ERC, et ii) proposer une démarche reproductible de conception de méthodes et outils, davantage tournée vers l’utilisateur final, que ce soit en termes de processus de construction, ou en termes de forme des outils.
  • Lynx

    Lien Webdoc:
    Mise au point d’un modèle de diagnostic des interactions entre structure paysagère, infrastructures de transports terrestres et espèces emblématiques : le cas du lynx dans le massif jurassien
    Achevé

    Mise au point d’un modèle de diagnostic des interactions entre structure paysagère, infrastructures de transports terrestres et espèces emblématiques : le cas du lynx dans le massif jurassien

  • Lynx (2)

    Development of a diagnostic model of the interactions between landscape structure, land transport infrastructures and emblematic species: the case of lynx in the Jura Massif
    Achevé
    Development of a diagnostic model of the interactions between landscape structure, land transport infrastructures and emblematic species: the case of lynx in the Jura Massif