Entre trames grise et bleue : impacts réciproques des corridors ILTT et fluviaux sur la structuration et la dynamique de la biodiversité végétale

Responsable Scientifique

Eric TABACCHI
UMR 5245 ECOLAB, CNRS, Université Toulouse III
eric.tabacch [at] univ-tlse3.fr

Durée : 36 mois

Mots clé

réseaux routiers secondaires, réseaux hydrographiques fluviaux, connectivité paysagère, perturbation, stress et résilience, communautés végétales, partitionnement des diversités α, β et γ, échelles régionale et locale, co-gestion et entretien des systèmes linéaires, dispersion

Résumé

Le projet vise à comprendre dans quelle mesure réseaux routiers et réseaux fluviaux sont biologiquement connectés, et quelles sont les conséquences de cette connectivité sur la biodiversité (communautés végétales) de ces deux systèmes paysagers, tant à l’échelle régionale que locale. Il focalisera sur les noeuds inter-réseaux que sont les ponts, comme des éléments stratégiques de communication écologique. En comparant les communautés végétales en place et les mécanismes de leur structuration en fonction des gradients de contrainte (stress et/ou perturbation) des deux réseaux, nous établirons des modèles d’homologie afin de prédire la probabilité d’occurrence et le niveau de résilience des espèces face aux contraintes. Ces gradients seront partitionnés aux échelles régionale (gradient amont-aval) et locale (gradients transverses aux deux corridors). Les mécanismes locaux (résilience, dispersion, interactions) seront analysés plus finement à partir d’expérimentations in situ concernant la végétation adulte et les diaspores (fruits, graines), et le traçage moléculaire des populations. Une attention particulière sera portée sur les espèces rudérales et/ou envahissantes, ainsi que sur les espèces d’intérêt patrimonial. L’objectif finalisé est de comprendre comment les modalités de gestion (routes, fleuves) et l’altération des régimes de contraintes naturelles (fleuves) contribuent aux échanges, à la vicariance ou aux substitutions d’espèces entre réseaux, et comment ceci se traduit en termes de structuration taxonomique et fonctionnelle. Des recommandations seront produites en matière d’aménagement et de gestion des ouvrages et des corridors, dans l’objectif de mieux conserver la biodiversité existante, ou d’envisager des trajectoires évolutives alternatives satisfaisantes des points de vue fonctionnel et opérationnel.