Infrastructures de transports terrestres, écosystèmes et paysages

COMERCAR

Etude comparative des méthodes de relevés de cadavres d'animaux sur les routes
ITTECOP Apr 2017
Projet: Exploratoire
En cours

Responsable(s) Scientifique(s) :

Eric
Guinard
/ Organisation: Cerema DTer Sud-Ouest
eric.guinard@ererma.fr

Rapports & Synthèses


Présentations & Poster

Présentation

Valorisation


Etude comparative des méthodes de relevés de cadavres d'animaux sur les routes

Les Infrastructures Linéaires de Transports et d’énergie (ILTe) sont connues depuis les années 60 comme un des facteurs significatifs impliqués dans l’érosion de la biodiversité. Le réseau des ILTe fragmente les pays développés et désormais les pays en développement, en territoires de plus en plus petits et isolés. Les animaux dans ce contexte franchissent les ILTe pour subvenir à leurs besoins vitaux et entrent ainsi plus ou moins fréquemment en collision avec le trafic ou avec des éléments structuraux des ILTe. Les collisions dues aux trafics routier et ferroviaire avec la faune représentent ainsi un préjudice économique et un danger pour les usagers. Ce constat souligne l’importance de la détection des zones collisiogènes (ou points noirs de collisions). Or d’après des conclusions d’études antérieures, la connaissance est lacunaire concernant l’efficacité comparée des méthodes de relevé des collisions animalières sur les ILTe (biais, limites d’usage, résultats en fonction des groupes taxinomiques, …). Les coûts économiques et humains engendrés par les collisions du trafic avec la faune poussent à une évaluation des biais et pour la consolidation des méthodes utilisées dans la détection des points noirs de collision avec la faune.


Objectif :
Chaque méthode de comptage des collisions présente a priori des limites, des avantages et des inconvénients. L’objectif sera de comparer entre ces deux méthodes les résultats dans les effectifs des cadavres et la distribution spatiale des zones collisiogènes et des différents groupes taxinomiques afin d’en évaluer les biais, leurs limites d’utilisation respectives et leur éventuelle complémentarité. Cette étude permettra ainsi le cas échéant de consolider et d’ajuster ces méthodes en vue de les intégrer dans les évaluations de la transparence écologique de l’ensemble des ILTe. Une évaluation de la faisabilité d’une méthode de relevé de collision faune adaptée au contexte ferroviaire sera ainsi proposée.


Aires d’étude - Méthodes :
Une analyse bibliographique complétée de prises de contacts, notamment avec des projets allemands et suisses, sera réalisée. Cette étude s’appuie sur des données collectées pendant un an (2016) selon deux méthodes différentes sur deux sections routières de 40 km chacune du réseau de la DIR Ouest (Bretagne). Un écologue du Cerema Ouest, a relevé mensuellement et systématiquement, dans un véhicule roulant à 40 km.h-1, les cadavres d’animaux selon un protocole bâti par les Cerema Sud-Ouest et Ouest. Ces données seront comparées à celles des patrouilleurs de la DIR Ouest relevant quotidiennement les cadavres, sur les mêmes deux sections routières que celles suivies par l’écologue, mais sans recherche systématique, parmi leurs nombreuses activités liées aux patrouilles. Ces patrouilleurs suivent un protocole fixé par le Cerema comparable à celui du MNHN (UMS 2006 PatriNat) pour les autres DIR. Des analyses statistiques compareront les effectifs des différents groupes taxinomiques observés selon ces deux méthodes. La distribution spatiale des collisions sur les ILTe forme a priori des agrégats d’effectifs variables de cadavres. D’autres analyses comparées porteront donc sur la distribution spatiale des points noirs de collisions et le nombre de cadavres associés à ces derniers obtenus par les deux méthodes de recensement, en analysant les agrégations des collisions au moyen de l’indice de Ripley (K Ripley) disponible sur des logiciels type Siriema, KDE+…