Infrastructures de transports terrestres, écosystèmes et paysages

Projet
Type
Projet exploratoire
Etat
Achevé
Année de l'appel
2017
Avec Synthèse
Oui

TILT-AE

Territoires d'infrastructures linéaires leaders de la transition vers l'agroécologie

TILT AE est un projet incubatoire courant du 1er décembre 2017 au 31 décembre 2019. Il est porté par l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage), le Laboratoire Agriculture Environnement (LAE, Unité Mixte de Recherche INRA-Université de Lorraine, Nancy-Colmar), l’Association de Promotion du Ruralisme (APR) et le groupe EIFFAGE, avec la participation et le soutien de l’Agence Française pour la Biodiversité (AFB). Il regroupe un très large partenariat composé d’acteurs de l’administration, des collectivités locales, de la recherche et du développement agricole, ainsi que d’agriculteurs, d’agents techniques des départements et de géomètres experts impliqués dans les aménagements fonciers, de représentants du monde cynégétique et d’associations. Un partenaire belge (Service Public de Wallonie) est associé aux travaux et des contacts européens sont noués.

L’objectif du projet est de contribuer à la conception et à la mise à disposition des acteurs de référentiels, de méthodes et d’outils permettant le développement de nouvelles pratiques d’aménagement de l’espace rural agricole par les Conseils Départementaux, les agriculteurs, les géomètres… dans le but de combiner durabilité de l’agriculture et conservation des paysages et de la biodiversité. Ces nouvelles pratiques pourront être mises en œuvre aussi bien dans des projets liés aux infrastructures linéaires de transport (ILT), qu’elles soient nouvelles ou existantes, que pour des démarches agricoles individuelles ou collectives et en particulier pour les Aménagements Fonciers Agricoles Forestiers et Environnementaux (AFAFE).

Les actions prévues initialement par Tilt-ae avaient pour but de permettre :

  • Se disposer d’un retour d’expérience sur des opérations d’aménagements fonciers ayant des visées paysagères, environnementales ou faunistiques, à toutes les échelles, de l’exploitation agricole jusqu’à la commune ou au bassin versant, afin d’identifier les atouts et contraintes des territoires, les connaissances et les méthodes mobilisées et les raisons des réussites ou des échecs ;
  • De mettre en évidence à la fois les références existantes sur lesquelles peuvent s’appuyer des aménagement fonciers agroécologiques, mais aussi les connaissances et références manquantes dans tous les domaines (juridiques, agronomiques, écologiques, sociaux…) et à tous niveaux (connaissances scientifiques, outils de transfert et de développement, référentiels de formation, outils d’aide à l’ingénierie et à l’animation de terrain) ;
  • Sur ce constat, de prioriser les besoins de recherche et de travail partenarial pour combler ces lacunes afin de (à plus long terme), pouvoir disposer des éléments nécessaires pour mettre en œuvre sur le terrain les opérations voulues ; un groupe de travail est constitué autour de chacune des thématiques identifiées comme prioritaires ;
  • Sur cette base de priorisation des besoins, de déposer dans le cadre d’appels à projets les actions identifiées comme nécessaires ;
  • D’identifier des sites pilotes sur lesquels pourront être testés l’aménagement foncier agroécologiques et où pourront être mis en œuvre certains projets de recherche et de développement (territoires d’infrastructures linéaires en construction ou en cours de modernisation, mais aussi territoires agricoles en AFAFE, bassins versants, ou exploitations agricoles…).

Le projet a permis de :

  • Créer d’une communauté de partenaires inédite : des chercheurs de spécialités diverses, des gestionnaires d’infrastructures, des acteurs publics et des collectivités, des opérateurs techniques, des associations, des agriculteurs, …
  • Créer d’une communauté d’intérêt autour de l’enjeu d’une re-conception paysagère des espaces ruraux au bénéfice de la conservation de la biodiversité, de la restauration des continuités écologiques et de la transition vers une agriculture plus durable ;
  • Etablir un état des lieux large et partagé des besoins des acteurs, des connaissances disponibles, des opportunités et des freins ;
  • Construire des projets d’actions divers, nouveaux ou mis en lien grâce à TILT AE et des perspectives pour l’avenir.
Responsable(s) scientifique(s)
François
Omnes
ONCFS
Organisation:
francois.omnes@oncfs.gouv.fr
Rapports et synthèses
Rapport final
Valorisations